Affaires des ” biens dits mal acquis” : le Gabon visé par la justice France

6 Min
0

Après la Guinée équatoriale, l’affaire des Biens Mal Acquis se relance pour le Gabon.

Le moteur de l’affaire dite des biens mal acquis suspendu telle une épée de Damoclès sur la tête des dirigeants africains, qui comme le plus grand des hasards, ont des politiques de détachement à l’Occident, est en marche, après la Guinée équatoriale, ça serait au tour du Gabon.

Pour l’instant, c’est une Banque française qui serait au cœur du débat. BNP Paribas conteste sa responsabilité dans l’affaire des ” Biens mal acquis ” d’Omar Bongo, l’ancien président gabonais. En mai dernier, le tribunal de Paris a inculpé la banque française pour ” blanchiment, corruption et détournement de fonds publics “, des accusations que rejette la banque. D’après un interrogatoire du juge, BNP Paribas a reconnu ” des carences “ dans son suivi du circuit financier de la famille d’Omar Bongo, mais conteste ” tout dessein frauduleux “.

L’affaire tourne autour d’une entreprise de décoration intérieure, dénommée ” Atelier 74 “. La justice française soupçonne cette société d’avoir reçu, sur ses comptes à la BNP, de l’argent en provenance de sa filiale Afrique, via un compte à la BGFI, une banque gabonaise. Ce compte gabonais recevait de très nombreux dépôts d’espèces effectués par Omar Bongo lui-même et ses proches. Cet argent lui aurait permis d’acquérir douze biens immobiliers, dont une villa à Nice et des hôtels particuliers dans des quartiers chics de Paris, à hauteur d’au moins 35 millions d’euros, des fonds issus de la corruption de l’ancien président gabonais. La justice accuse la banque française de les avoir blanchis.

Pour le juge, la BNP aurait dû ” classifier ” comme ” sensible ” le  lien d’affaires connu  entre ” Atelier 74″ et Omar Bongo et repérer que les montants en espèces étaient disproportionnés par rapport aux revenus du président.

Une tentative de déstabilisation des pays africains?

Il est important de rappeler que ces dernières années, le Gabon a montré à mainte reprise sa volonté de se détacher des Occidentaux et particulièrement de la France. Son rapprochement avec la Chine, mais surtout, son adhésion au Commonwealth, qui vient évidemment après que le Brexit a été mis en place ne plaisent certainement pas. Ce qui fait que, ce pays stratégique de la côte tout comme sa voisine la Guinée équatoriale et même le Congo, sont devenus la cible de Paris avec cette fameuse escroquerie des Biens Mal Acquis.

Il faut savoir également que ces tentatives de déstabilisation des pays africains ne mènent pas aux résultats escomptés par l’Élysée et ses alliées. Au contraire, au lieu de créer de la discorde entre les pays africains, les populations et leurs gouvernements respectifs, elles créent plutôt des alliances intracontinentales, mais également des alliances entre la population. Ce qui rend la tâche de l’Occident de plus en plus compliquée. C’est pourquoi en ce moment, les occidentaux ont recours aux anciennes techniques, à savoir, les coups d’État, les tentatives d’assassinats des chefs d’État africains, une offensive terroriste, etc. Ce qui montre que l’Afrique devient réellement gênante pour l’Occident.

Luc Michel avec wemainfo

 

 

Voir d'autres articles
Voir dans Economie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir aussi

Pétrole : L’IAP signe une convention de partenariat avec le Sénégal

Luc Michel C’est un des plus grands champs gaziers d’Afrique. Le GTA, pour « G…