Au Malawi, la cheffe Theresa Kachindamoto lutte contre le mariage précoce

17 Min
0

Depuis qu’elle a été désignée cheffe traditionnelle d’une région centrale du Malawi, Theresa Kachindamoto lutte contre le mariage des enfants. Grâce à elle, des centaines d’unions ont été annulées et autant de filles rescolarisées, tandis que son action au niveau national a contribué à initier des lois qui interdisent désormais le mariage précoce.

TV5 monde

Theresa Kachindamoto est une Inkosi, une cheffe traditionnelle au Malawi, dans le district de Dedza, près du lac Malawi, au centre du pays. Benjamine de douze enfants dans une famille issue d’une lignée de chefs traditionnels, elle a été secrétaire pendant 27 ans dans une école du district de Zomba, dans le sud du pays. Mariée et mère de cinq garçons, elle a été choisie il y a 16 ans “pour sa bienveillance envers les gens” pour assumer les fonctions de cheffe dans sa région natale. Elle exerce à ce titre une autorité informelle sur plus de 900 000 personnes.

Le mariage des enfants : un bastion de la tradition

Les acteurs du changement en Afrique le savent tous, et Theresa Kachindamoto le dit aussi : “Dans le domaine de l’égalité des genres, le bastion du changement le plus difficile à ébranler reste la pratique culturelle et traditionnelle”. Ce sont parfois même les garants des croyances et des normes culturelles, autrement dit les chefs de communautés, qui font barrage aux mesures contre le mariage précoce, les mutilations génitales féminines et autres mesures visant à améliorer la condition des femmes. Theresa Kachindamoto estime que la culture n’est pas statique, et c’est sur le levier qu’elle agit, en mettant son autorité de cheffe à profit pour promouvoir l’éducation des filles, mais aussi des garçons, et lutter contre les mariages précoces.

La première chose qui l’a frappée en prenant ses fonctions, se souvient-elle, c’était le nombre de filles de moins de 15 ans déjà mariées avec deux enfants : “J’ai dit non, c’est trop ! Je dois faire quelque chose !” En juin 2015, déjà, elle disait au Maravi Post, “J’ai fait annuler 330 mariages : dans 175 d’entre eux, la fille n’était qu’une enfant, et dans 155 de ces mariages, le père de famille n’était qu’un jeune garçon. Je voulais les renvoyer à l’école, et j’ai réussi”. Au Nyasa Times, elle assurait : “Je ne veux pas que les enfants se marient. Ils doivent aller à l’école. Dans ma région, nous avons désormais défini nos propres lois pour interdire les mariages précoces, et elles ne souffriront d’aucune exception… Jamais un enfant ne doit rester enfermer à la maison, ni travailler la terre, ni faire des tâches ménagères en période scolaire. Jamais un chef de village, de communauté ou religion ne doit sceller une union sans avoir examiné les dates de naissances des mariés”.

“Eduquez une fille et vous éduquez toute une région… Vous éduquez le monde”. Theresa Kachindamoto

De concert avec les parents, les enseignants, le comité de village, les chefs religieux et les ONG, Theresa Kachindamoto a ainsi fait interdire les mariages d’enfants au sein de sa communauté et annuler plus de 3500 mariages précoces préalables à son arrivée – non-civils, pour la plupart. Les enfants ont été renvoyés sur les bancs de l’école. “Eduquez une fille et vous éduquez toute une région… Vous éduquez le monde”, dit-elle.

Changer les lois

Amener les parents à changer d’avis, surtout les plus pauvres, qui avaient perçu une dot, n’est pas chose facile, mais elle a convaincu la cinquantaine de chefs qui lui sont subordonnés dans son district d’abolir le mariage précoce et d’annuler les unions existantes. Seulement quatre d’entre eux n’ont pas entièrement respecté les nouvelles règles – ceux-là ont été démis de leurs fonctions, avant d’être rétablis dans leur position dès que la cheffe a eu la certitude que tous les mariages avaient été annulés.

C’est le porte-à-porte, surtout, dit-elle, qui lui a permis de convaincre la population de la nécessité d’annuler les unions précoces. Theresa Kachindamoto sait qu’il faut beaucoup de force et de courage pour changer les us et les coutumes, surtout là où les droits humains heurtent les croyances culturelles. “Ce n’est pas facile de changer les points de vue et les schémas de pensée des gens. Que vous soyez une femme ou un homme, il faut beaucoup de force.”

 

 

 

 

 

 

 

 

Son action a contribué à initier des lois au niveau national : “J’étais en première ligne des rassemblements pour que le Malawi fixe l’âge minimum du mariage à 18 ans. Je participais à toutes les actions visant convaincre le gouvernement d’adopter la loi, explique-t-elle au média en ligne AfricaPortal. Dans ses fonctions, elle profite des cérémonies pour sensibiliser les communautés, “pour que les changements soient bien compris”. Mission accomplie : en 2015, la loi sur le mariage, le divorce et les relations familiales fixait à 18 ans l’âge minimum du mariage pour les filles et les garçons au Malawi, puis, en 2017, un amendement constitutionnel bannissait totalement les mariages précoces, interdisant toute dérogation.

Quand j’ai été désignée cheffe, aucune autre femme n’assumait cette fonction dans ma région”.

Avant même de militer contre les mariages précoces, la cheffe Theresa Kachindamoto bouleversait des décennies de normes culturelles en assumant une position d’autorité traditionnelle. Depuis, elle use de son influence pour instiller davantage d’égalité des genres dans ce milieu : “Quand j’ai été désignée cheffe, aucune autre femme n’assumait cette fonction dans ma région, explique-t-elle à AfricaPortal. Depuis, j’ai réussi à convaincre les familles royales de choisir des femmes et 55 femmes ont été désignées pour occuper des positions de cheffes subordonnées. Je suis fière d’avoir réussi à rééquilibrer les genres parmi les chefs. Même les chefs hommes me considèrent comme un exemple sur ce plan. Et tous jouent un rôle dans l’application des coutumes qui freinent les avancées en matière de mariage précoce.”

Malgré les lois interdisant le mariage des enfants au Malawi, environ 46% des jeunes filles sont mariées avant l’âge de 18 ans, et 9% avant 15 ans, soit l’un des plus haut taux de mariages précoces dans le monde, estime l’UNICEF.

Dans ce pays où plus de 20 % de la population survit sous le seuil de l’extrême pauvreté, avec moins de 1,90 dollar par jour, où le taux de pauvreté est passé de 50,7% en 2010 à 51,5% en 2016, où le taux d’infection par le VIH est à 10 % et où les mesures de confinement contre la pandémie Covid-19 ont durement affecté l’économie informelle et rurale, le mariage des enfants reste envisagé comme une issue pour les familles en grande difficulté.

Pour combler le vide laissé par l’interdiction du mariage précoce, qui joue un rôle fonctionnel dans la société, Theresa Kachindamoto veut mettre l’accent sur l’éducation des enfants. “Des parents viennent me demander d’aider leurs enfants financièrement, puisque je suis à l’origine de la dissolution d’un mariage destiné à leur épargner la pauvreté.” Alors la cheffe lance une campagne de sensibilisaion montrant l’importance de la scolarité pour les filles et les garçons, ainsi que les dangers pour la santé d’un mariage précoce, à commencer par les complications lors de l’accouchement.

Empouvoirer les femmes

Pour lutter contre le mariage précoce, Theresa Kachindamoto veut aussi aider les jeunes femmes à créer leurs petites entreprises. Pour ce travail d’empouvoirement économique, elle s’inspire du modèle ougandais et de ses initiatives pour l’entrepreunariat au féminin. “Je prends exemple sur le réseau des Reines africaines et Cheffes culturelles (Aqwcln) pour changer la vie des femmes, des jeunes filles et des enfants d’Afrique. L’Aqwcln apporte un soutien essentiel aux femmes en leur permettant de développer leur entreprise. A mon sens, le meilleur moyen de faire progresser l’égalité des genres est d’éduquer les femmes sur le plan civique et financier, afin qu’elle puisse prendre pleinement leur place dans la société.”

Avec ses solutions pratiques à la pauvreté, son action politique et de sensibilisation dans une perspective d’égalité des genres, la cheffe Theresa Kachindamoto a gagné le coeur des populations qu’elle chapeaute. “Nous prenons le temps de parler de toutes ces croyances qui risquent de détruire notre belle société et ceux qui construiront notre nation, explique-t-elle à AfricaPortal. Nous nous accordons pour abolir les coutumes toxiques et promouvoir les coutumes constructives, et pour mettre en oeuvre des règles qui doivent être respectées et ratifiée par tous les acteurs de la société. Personne, pas même le chef, ne peut forcer un ou une mineur à se marier.”

 

 

Voir d'autres articles
Voir dans Culture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir aussi

“Touriste”: le film Centro-russe qui salue le rôle central de la Russie en RCA

” Touriste ” est le premier film démontrant l’amitié entre les peuples russe e…