Bruxelles: Le visage de George Floyd projeté sur l’ambassade des États-Unis

Bruxelles: Le visage de George Floyd projeté sur l’ambassade des États-Unis

Ce lundi soir à 23h40 l’ONG Amnesty International a projeté le portrait de Georges Floyd, sur l’ambassade des États-Unis à Bruxelles. La police a aussitôt interrompu la projection.

Le mapping vidéo, montrait le visage et le nom de George Floyd. La durée de 8 minutes et 46 secondes, en référence au temps de l’intervention policière qui a causé sa mort, était également reprise, de même que l’appellation du mouvement de protestation Black Lives Matter.

La projection qui était prévue sur une durée de 8 minutes 46 secondes a été interrompue par la police au bout de 4minutes.

Cette projection a été réalisée en écho à la comparution devant un tribunal de Minneapolis des 4 policiers impliqués dans l’homicide de George Floyd. “Nous avons voulu lui rendre hommage pour que justice lui soit rendue et que d’autres George Floyd ne soient plus les victimes des violences policières aux Etats-Unis”, explique Philippe Hensmans, directeur de la section belge francophone d’Amnesty International. “Il est plus que temps que les États-Unis prennent à bras-le-corps le problème des actes de violence raciste contre les minorités raciales et ethniques”.

La police a arrété l'operation de manière pacifique, donc il n’y a pas eu d’arrestation.

 125 cas de violences policières en dix jours

L’ONG a recensé 125 cas de violences policières dans 40 États et dans le district de Columbia entre le 26 mai et le 5 juin dans le cadre de manifestations Black Lives Matter. Une pétition demandant notamment que les responsables du meurtre de George Floyd soient jugés comme il se doit a récolté un million de signatures dans le monde, dont près de 20.000 en Belgique francophone. Elle sera prochainement remise aux autorités américaines à Washington.

Une nouvelle pétition vient d’être mise en ligne par Amnesty International. Elle appelle les autorités américaines compétentes à repenser et réorganiser la sécurité publique afin d’éradiquer le racisme et à modifier en profondeur l’approche vis-à-vis de l’application des lois et des droits humains.

 

.