Crise politique au Mali: les détails du sommet de la CEDEAO à Accra

4 Min
0

La CEDEAO  était en sommet extraordinaire ce dimanche 30 mai à Accra au Ghana pour statuer sur la situation socio-politique prévalant au Mali, pour déterminer la voie à suivre en ce qui concerne la transition. A l’issue de ce sommet qui a réunis les 15, le Mali a été exclu de toutes les instances de l’organisation sous régionale, mais échappe tout de même à des sanctions financières.

 A l’issue de cette rencontre d’Accra, les chefs d’Etats de la CEDEAO ont décidé de suspendre le Mali des institutions de l’organisation, conformément aux textes . Elle appelle à la nomination immédiate d’un nouveau Premier-ministre civil comme imposé dans les premiers termes cette transition.

Parmi les conditions aussi la formation d’un nouveau gouvernement inclusif, pour la poursuite du programme de transition.
La CEDEAO qui n’impose pas cette fois-ci de sanctions financières au Mali, réaffirmé la nécessité pour elle de veiller au respect de la période de transition de 18 mois, comme il avait été décidé ultérieurement à Accra. “Dans ce cadre, la date du 27 février déjà annoncée pour l’élection présidentielle devra à tout prix être maintenue”. L’organisation annonce un  mécanisme de suivi sera mis en place à cet effet.

Elle a réitéré ainsi la décision prise précédemment, selon laquelle le Président, le Vice-président et le Premier ministre de transition ne devront, en aucun cas, se porter candidats à la prochaine élection présidentielle.

Les Chefs d’Etat insistent sur  la mise en œuvre immédiate de l’ensemble de ces décisions, en se conformant au calendrier défini pour la transition.

L’organisation sous régionale très engagée dans la résolution de cette crise ” réaffirme sa volonté de soutenir et d’accompagner le processus de transition au Mali, et  exhorte l’ensemble des partenaires internationaux, notamment l’Union Africaine, les Nations Unies et l’Union européenne à poursuivre leur soutien au Mali, afin d’assurer la réussite de la mise en œuvre de la transition.”

Le médiateur Good Luck Jonathan va retourner au Mali dans un délai d’une semaine pour œuvrer avec les parties prenantes à l’application desdites décisions.

 

Voir d'autres articles
Voir dans DERNIERES ACTUS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir aussi

Crise politique: la Francophonie suspend le Mali

Le Conseil permanent de la Francophonie s’est réuni en session extraordinaire ce 3 juin 20…