Crise politique Mali/Biélorussie : Orphée kinss “la communauté internationale fait deux poids deux mesures”

7 Min
4
« Chaque peuple à une période donnée à son combat à mener ».

La crise politique au Mali occupe depuis quelques semaines l’actualité. Après le coup d’état du 18 Août, la question de la transition est toujours sur la table. Dans un entretien avec Wema Info, Orphée A.Kinss, le secrétaire générale de l’Alliance des forces progressistes (AFP) Benelux et entrepreneur  qui observe avec beaucoup d’intérêts l’évolution de la situation, dénonce les manœuvres de la communauté internationale.

Défenseur des droits humains, l’homme politique sénégalais très actif sur les réseaux sociaux refuse de considérer le renversement du régime d’Ibrahim Boubacar Keita comme un coup d’état, il parle plutôt de  “révolution citoyenne” soutenue par des militaires.

L’entrepreneur qui s’inquiète de l’avenir du Mali vu la position des organisations sous régionales et internationales appelle les peuples du monde à faire preuve de solidarité “investissons les réseaux sociaux et dénonçons largement cette tentative de vol de la victoire des maliens”

Le président et administrateur de l’ASBL les jeux d’Eden en Belgique compare la situation au Mali à celle qui est en cours en Biélorussie à la seule différence qu’ici le peuple est soutenu par l’union européenne.

“C’est du deux poids deux mesures » s’insurge-t-il. Il poursuit « Ça suffit ne soyons pas complice des actes que posent nos dirigeants”.

Orphée A.Kinss est revenu sur le  communiqué de l’union européenne de ce lundi 7 septembre, ou le chef de la diplomatie de l’organisation  , Josep Borrell a averti  les autorités Biélorusses qui continuent d’intimider ou de permettre l’intimidation des citoyens qui protestent contre le régime de Loukachenko et la sortie du chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo qui a appelé Washington et Bruxelles à coopérer pour résoudre cette crise politique.

Pour lui IBrahim Boubacar Keita a été déchu après des mois de contestations et pourtant ces états qui soutiennent le peuple Biélorusse n’ont pas hésité à punir celui malien.

La situation politique au Mali se corse, après les sanctions des organisations sous régionales et internationales qui s’érigent contre ce qu’elles appellent un coup de force contre un président élu démocratiquement,la CEDEAO qui est engagée dans la résolution de la crise a donné aux militaires lors de son dernier sommet un ultimatum de 8(huit) jours pour désigner un président et un premier ministre civils.

Mais les militaires ne semblent pas être dans la même logique, le week-end dernier, ils ont ouvert des concertations pour mettre en place un plan de transition inclusive.

Orphée A.Kinss attire aussi l’attention de la communauté internationale sur la situation politique en Côte d’ivoire, il déclare “OUATTARA est entrain de museler son peuple et tous ses opposants, il refuse de se plier aux décisions de la cour africaine des droits de l’homme dans l’indifférence totale de la CEDEAO, de l’U.A et des organisations internationales ». Il ajoute « Pour éviter que la situation au Mali se reproduise en côte d’ivoire, les dirigeants gagneraient à prévenir”.

En côte d’ivoire depuis la déclaration de candidature de Outtara à un troisième mandat, le climat politique dans le pays est tendu. L’ancien président Laurent Gbagbo et l’ancien président de l’assemblée nationale ont été radiés des listes électorales. Les nombreuses mobilisations pour protester contre ces actes sont vivement réprimées.

Pour finir l’entretien il déclare « Chaque peuple à une période donnée a son combat à mener ».

Wema Info

 

Voir d'autres articles
Voir dans Diaspora

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir aussi

Meurtre du sénégalais Mbaye Wade en Belgique, deux suspects ont été interpellés

La police liégeoise a interpellé deux personnes ce vendredi matin dans le cadre du meurtre…