Emigration clandestine: ce coup de gueule de Fatou Diome qui a marqué les esprits

6 Min
0

Invitée de l’émission “ce soir ou jamais” sur France2 en 2015, l’écrivaine ,Fatou Diome en répondant à une question sur l’émigration clandestine dénonçait l’inaction et de l’union africaine et de l’union européenne face à cette vague de jeune qui périsse en méditerranéen.

Cinq ans après son poignant discours qui avait épaté le public, le phénomène est plus que d’actualité. Les quelques politiques entamées pour freiner ces départs n’ont toujours pas porté leurs fruits. Le dernier exemple en date au Sénégal avec le moteur d’une pirogue en partance pour l’Espagne, avec quelque 200 migrants à son bord, qui a explosé au large des côtes sénégalaises. Au moins 140 personnes sont mortes dans le naufrage de cette embarcation de migrants. Selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), c’est la pire catastrophe de ce type en 2020 .

Des responsabilités partagées

Fatou Diome au temps déplorait  la léthargie de l’union africaine  “Aujourd’hui je m’indigne pour le silence de l’union africaine ,les gens qui meurent sur les plages s’ils étaient des blancs le monde entier serait en train de trembler, ce sont des noirs et des arabes alors eux quand ils meurent Ça coûte moins cher.” disait-elle.

Pour l’écrivaine “L’union européenne avec ses flottes de guerre ,avec son économie; je vous dis une chose si on voulait attaquer nos pays ici en occident y’aurait des moyens de se défendre donc si on voulait sauver les  gens dans l’atlantique, dans la méditerranéen on le ferait parce que les moyens qu’on a mis pour le frontex on aurait pu les utiliser pour sauver les gens mais on attend qu’ils meurent d’abord…” 

Les motivations

Selon une enquête réalisée par “Le point” au sénégalais, la pression des parents et le poids social pousseraient les jeunes à risquer leur vie pour espérer des lendemains meilleurs. ” Par exemple, tu es dans une famille polygame, les enfants de l’une des deux femmes ont réussi mieux que les autres ; ils s’occupent bien de leur maman alors que les enfants de l’autre n’ont pas les moyens de faire ça ; alors, ces derniers chercheront tous les moyens pour pouvoir réussir et subvenir aux besoins de leur maman, y compris en risquant leur vie dans les pirogues ou en passant par la Libye pour partir en Europe. Parce qu’ils veulent sauver l’honneur de leur maman dans la maison et dans le quartier.”
(voir l’article )

Mais pour Fatou Diome “les laissaient mourir n’est pas la solution”.

la sénégalaise de Niodior explique que “quelqu’un qui part et qui envisage  l’éventualité d’un échec peut trouver le péril absurde et donc l’éviter mais celui qui part  pour la survie ,qui considère que la vie qu’il a à perdre ne vaut rien ,celui là sa force est inouïe.”

Wema Info

 

 

 

Voir d'autres articles
Voir dans DERNIERES ACTUS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir aussi

France:Victoire pour Inès, la femme noire qui se battait contre le placement de son fils autiste belge de 7ans

Placé en institution en France depuis l’été dernier, Oscar le jeune autiste belge de 7ans …