Formation à l’expertise comptable : L’examen du DSCG et du DEC français délocalisé au Bénin à l’initiative du Président de la PAFA, Cosme Goundété

1

Début novembre 2022 se dérouleront pour la première fois au Bénin et en Afrique les épreuves orales du Diplôme Supérieur de Comptabilité et de Gestion (DSCG) et l’examen final du Diplôme d’Expertise Comptable (DEC) français. Ces délocalisations sont la conséquence d’une demande adressée en juin 2021 à la Ministre française de l’Enseignement Supérieur par le Président de l’Ordre des Experts-Comptables et Comptables Agréés du Bénin (OECCA BÉNIN), Mr Cosme GOUNDÉTÉ, Vice-Président de la Fédération Panafricaine des Experts-Comptables (PAFA). Cette demande a été appuyée en mars 2022 par un plaidoyer africain de la même personne dans sa position de Président de la PAFA.

Désormais, un jury de l’Académie de Nantes (France) se rendra à Cotonou à chaque session de novembre pour interroger les candidats africains au DSCG (BAC+5) et pour organiser l’examen final du DEC (BAC+8) avec le concours du Service Interacadémique des Examens et Concours (SIEC), l’Ambassade de France au Bénin et l’OECCA BÉNIN. Les épreuves écrites du DEC se dérouleront à Cotonou et les épreuves orales par vidéoconférence. C’est la fin du redoutable parcours du combattant auquel sont confrontés chaque année les candidats africains de ce cursus, obligés de subir l’épreuve particulièrement éliminatoire du visa Schengen et le coût exhorbitant du voyage en France. 

C’est également l’achèvement d’un long processus de délocalisation au Bénin des examens du cursus français de l’expertise comptable qui a duré une cinquantaine d’années et qui a comporté cinq (5) phases :

Première délocalisation 1970-1980

Elle était l’œuvre de l’Ambassade de France au Bénin. L’examen d’Aptitude au DECS, ainsi par la suite ceux du DPECF et du DECF se déroulaient à Cotonou pour les candidats béninois.

Deuxième délocalisation en 1992

En 1989, le centre d’examen de Cotonou a été supprimé par les autorités françaises pour des raisons politiques; les candidats béninois étaient obligés de se rendre à Abidjan en Côte d’Ivoire pour y passer les examens du DPECF et du DECF, ainsi que les épreuves écrites du DESCF. Á l’initiative de Cosme GOUNDÉTÉ, expert-comptable stagiaire à Abidjan, s’est tenue en septembre 1991 à Abidjan une réunion des candidats béninois aux examens du DPECF et du DECF (une vingtaine). A cette réunion, des dispositions ont été prises et ont permis de délocaliser à nouveau les examens à Cotonou dès la session de 1992.

Troisiéme délocalisation, l’UE 13 du DCG en 2013

Avec la délocalisation de 1992, toutes les épreuves écrites du DPECF et du DECF ; par la suite celles du DCG et du DSCG, se déroulent désormais à Cotonou sauf les épreuves orales pour lesquelles les candidats continuent de voyager en France. Principalement par l’œuvre de Feu Jacques Alidou KOUSSÉ, alors Président Honoraire de l’OECCA BÉNIN, et de M. Epiphane KOUDESSI, Premier Vice-Président de l’OECCA BÉNIN, l’épreuve orale de l’UE 13 du DCG a été délocalisée en 2013 par l’Académie de Nantes à Cotonou pour le Bénin et le Togo et y est organisée chaque année à la faveur d’un partenariat entre cette académie et l’OECCA BÉNIN, lequel a été formalisé par une convention en 2015.

Quatrième délocalisation

C’est celle des épreuves orales du DSCG accordée au Bénin par le Gouvernement français en novembre 2021 et opérationnelle en novembre 2022.

Cinquième délocalisation

L’examen final du DEC accordée en juillet 2022 et opérationnelle à compter de novembre 2022, le processus de son obtention auprès du Gouvernement français a été également exposé plus haut.

Dans cette démarche, le Bénin est resté unique sur le continent africain à obtenir la délocalisation complète du cursus du DEC français qui est aussi une première pour la France. Le Maroc a demandé en janvier 2021 la délocalisation du DSCG, mais ne l’a pas encore obtenue. Aucun autre pays africain n’a pour le moment formulé la demande de l’une de ces deux délocalisations. Le Bénin devient ainsi le centre de référence des examens comptables supérieurs français délocalisés en Afrique et verra chaque année converger à Cotonou les candidats africains en phase terminale du cursus qui sont par ailleurs dispensés de visa pour un court séjour dans l’ex Dahomey.

Ces actions ont été rendues possibles grâce au partenariat entre l’Académie de Nantes et l’OECCA BÉNIN mais aussi et surtout à la volonté de coopération franco-africaine du Gouvernement français.

 

Kévin TOGBAN

voir encore plus d'Articles
Encore plus de  wema info
Plus d'articles dans la rubrique Coopération

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir aussi

France : le polémiste Eric Zemmour condamné à une amende pour injure raciste

Le polémiste français d’extrême droite Eric Zemmour, 64 ans, a été condamné jeudi à 4000 e…