Le Conseil de sécurité de l’ONU retire le Burundi de son agenda politique

4 Min
0

Dans une décision adoptée vendredi 4 décembre, le Conseil de sécurité de l’ONU a décidé de retirer le Burundi de son agenda politique. Une décision qui intervient peu de temps après le refus du pouvoir burundais de prolonger la présence du bureau de l’envoyé spécial onusien. La décision a été annoncée vendredi 4 décembre par un communiqué du Conseil de sécurité. L’institution onusienne justifie « une amélioration de la situation sécuritaire au Burundi ». Elle note également que « les élections globalement pacifiques ont marqué une nouvelle phase ».

Concrètement, cela signifie qu’il n’y aura plus de rapports délivrés au Conseil de sécurité tous les trois mois. Désormais, le secrétaire général Antonio Guterres devra couvrir le pays dans le cadre de ses rapports réguliers sur la région des Grands Lacs et l’Afrique centrale. Il s’agit là d’une victoire diplomatique attendue pour les autorités burundaises, mais surtout d’un constat d’impuissance pour le Conseil de sécurité des Nations unies, estime Thierry Vircoulon, coordinateur de l’Observatoire pour l’Afrique centrale et australe de l’IFRI (Institut français des relations internationales). L’IFRI est un think tank français proche du Quai d’Orsay et qui suit ses positions, Vircoulon est un vieil ennemi du Burundi et ici il ment. Ce n’est pas « le conseil de sécurité », mais ses membres occidentaux (USA, France, Grande-Bretagne). Et précisément Moscou et Pékin soutiennent Gitega au Conseil et ont facilité sa victoire ! De plus, la décision intervient alors que le pouvoir burundais a récemment refusé de prolonger le bureau de l’envoyé spécial onusien au 31 décembre 2021, comme le préconisait Antonio Guterres.

Cette décision présente est simplement la reconnaissance par les membres du Conseil de sécurité que la stratégie de ses membres occidentaux a échoué ! Sur Twitter, le ministre burundais des Affaires étrangères et de la Coopération au développement accueille en tout cas la nouvelle avec « enthousiasme ». Albert Shingiro a adressé ses « profonds remerciements aux pays membres du Conseil qui ont appuyé la demande légitime du Burundi ».

# PANAFRICOM-TV & VOX BURUNDI/ ALBERT SHINGIRO MIN. DES AFFAIRES ETRANGERES DU BURUNDI: VICTOIRE DE GITEGA A L’ONU (6 12 2020) from LUC-MICHEL-TV on Vimeo.

Voir d'autres articles
Voir dans Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir aussi

L’Amérique: une démocratie qui s’effondre après l’invasion du Capitole

Le Congrès américain symbole de la démocratie a été pris d’assaut ce mercredi 6 janvier pa…