Mali : le mandat de la Minusma prorogé pour un an

Mali : le mandat de la  Minusma  prorogé pour un an

Le mandat de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali a été prorogée pour un an suite à une décision, à l’unanimité du Conseil de sécurité.

Ce vote, intervient dans un contexte de crise politique au Mali avec les manifestations pour exiger le départ du président  Ibrahim Boubacar Keita. Le Conseil de sécurité tient tout de même à souligner les progrès du rétablissement de la souveraineté de l’État, exigé dans l’Accord pour la paix et la réconciliation (APR).

Ainsi, la mission est renouvelée jusqu’en juin 2021 avec le même nombre d’effectifs, et un budget en légère croissance ; avec son 1,2 milliard de dollars, la Minusma reste la troisième opération de paix la plus coûteuse. La résolution devrait redéfinir de nouveaux indicateurs de progrès sur l’APR ; pour la section désarmement, démobilisation, réinsertion et de réintégration, pour la réforme constitutionnelle et pour la mise en place de la zone de développement du nord, rapporte Rfi.

Elle fixera aussi pour la première fois des référentiels sur le Centre, où la situation n’a cessé de se dégrader, et où 580 personnes ont été tuées depuis janvier 2020.  Enfin, le texte clarifiera encore plus le soutien de la Minusma à la force conjointe du G5 Sahel pour plus d’efficacité lors des missions sur le terrain.

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) a été établie par la résolution 2100 (2013) pour stabiliser les principales agglomérations et contribuer au rétablissement de l'autorité de l'État et des processus politiques dans le pays. À la suite de la conclusion en 2015 de l'Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, le mandat de la Mission a été recentré sur les activités relatives au cessez-le-feu, l'appui à apporter à la mise en œuvre de l'Accord, les bons offices et la réconciliation.