Ouagadougou: 34 ans après les faits s’ouvre enfin le procès de l’assassinat de Thomas Sankara

4 Min
0

Ce lundi 11 octobre s’ouvre au tribunal militaire de Ouagadougou, 34 ans après les faits, le procès des auteurs présumés de l’assassinat de Thomas Sankara et ses douze camarades.

C’est un 15 octobre 1987 que l’ex président du Burkina Faso Thomas Izidor Sankara fut assigné avec douze de ses collaborateurs.

34 ans après le procès s’ouvre enfin mais sans la présence du principal accusé,Blaise Compaoré qui vit en exil en Cote d’ivoire depuis le renversement de son gouvernement en 2014. Ses avocats qui ont pris la parole parle de” procès politique devant une juridiction exceptionnel”

D’ailleurs Blaise Compaoré ,ancien président et ami intime de feu Thomas Sankara a toujours nié être mêlé à cet assassinat même si c’est ce coup de force qui l’a porté au pouvoir.

Parmi les quatorze (14)  accusés cités dans cette affaire, figure aussi le général  Gilbert Diendéré bras droit de Blaise comparé pendant plus de trente ans.

La veuve de Thomas Sankara qui vit en France depuis et qui attendait avec impatience ce moment sera présente à l’audience.Mariam Sankara veut dit-elle sur les antennes de RFI “savoir qui a fait quoi ?” et “que justice soit enfin rendue”.

Au delà de Mariam Sankara les familles des autres victimes seront aussi présentes au tribunal militaire de Ouagadougou.

Ce procès  est aussi très attendu et très suivi par les activistes du continent, parmi eux Nathalie Yamb qui appelle déjà à la mobilisation pour que jaillisse enfin la vérité. “Soyons mobilisés, espérons que tous les commanditaires, auteurs et complices de ces meurtres, États comme individus, au Burkina et à l’international, soient dévoilés, jugés et condamnés, pour ceux qui sont encore en vie, car Mitterrand et Houphouet-Boigny sont morts “déclare t-elle sur sa page Facebook.

Né le 21 décembre 1949 à Yako en Haute-Volta ,Thomas Sankara,le révolutionnaire, a été abattu en 1987 donc à l’âge de 37 ans lors d’une réunion au siège du Conseil national de la révolution (CNR) à Ouagadougou.

Voir d'autres articles
Voir dans Societé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir aussi

L’axe Moscou-Alger-Bamako serait-il en train de changer la donne géopolitique dans le Sahel ?

« La Russie et l’Algérie ont des positions très proches sur le fait que les peuples de tou…